Fabien Tarakci, ce nom ne vous dit rien ? Et pourtant, vous l’avez probablement déjà croisé sur le Net ou même à la TV !
Plutôt que de vous dire où ou dans quelles conditions, nous allons lui laisser lever le voile sur ses activités dans le simRacing…et en dehors !

  • Bonjour Fabien, quel âge as-tu et de dans quelle région habitues-tu  ?

Bonjour à toi et tous tes lecteurs. Avant toute chose, j’aimerai te remercier pour cet intérêt. J’ai depuis peu 33 ans et je suis de la région Parisiennes.

  • Designer ? Graphiste ? Dis-nous-en plus sur ton métier.

J’ai eu une formation de graphiste il y a plus de 10 ans maintenant et je suis passé par les métiers digitaux de l’époque,… de Webdesigner à Directeur Artistique ( sans oublier le design UI/UX où avant c’était une obligation pour tous les Designer Digital).

Mais depuis plus de 5 ans maintenant je me suis lancé à mon compte en tant que designer dans le sport automobile. J’utilise « Designer » quand on parle d’automobiles, casques mais quand je réalise des éléments comme des newsletters ou chartes graphiques j’utilise plutôt le terme  « Graphiste ».

  • Pourquoi t’es-tu dirigé vers le design dans le monde du sport automobile ? Opportunité ou réelle envie depuis toujours ?

Je ne te cache pas que j’ai toujours voulu être pilote, j’adorais ça, je reste un passionné de sport automobile. Depuis mon plus jeune âge je joue aux jeux de voitures : Grand Prix de Activision et Vroom pour commencer, puis je suis arrivé sur le Graal, GranPrix 2, NasCar Racing et Indycar Racing ( Pour ceux qui connaissent, c’est les tout débuts de iRacing).
Je me souviens qu’à cette époque j’utilisais Paint pour faire des designs pour NascarRacing, puis sur Grand Prix 2 quand les mod’ sont arrivés.

Je m’amusais à faire des livrés sur NFS Underground (premiers outils puissants dans un jeu vidéo). Puis quelques années plus tard j’ai commencé à utiliser de vrais logiciels de retouche photo (merci mes formations !), et j’ai rapidement commencé à faire du Virtual Tuning avec.

Au début en prenant des éléments d’autres photos pour les adapter sur les voitures, puis au fil du temps, je créais tout de A à Z ( Sauf les jantes, faut pas déconner non plus !).
Après suite à une expérience chez un imprimeur, j’ai appris les bases de l’impression et de la découpe de vinyle.
Ensuite j’ai commencé à faire des livrées dans les différents Forza et à aller sur certains circuits pour présenter mon travail.

Au début on tape à chaque porte de garage timidement, mais il faut le faire pour se faire connaitre.

Après quelques années j’ai commencé à avoir quelques contacts. J’ai des clients qui sont toujours au top à ce jour et c’est un plaisir de voir ses créations rouler aux 4 coins du monde.

Donc oui je me suis dirigé vers le sport automobile parce que j’aimais ça. Je suis devenu graphiste parce que j’ai toujours eu une fibre artistique. J’ai utilisé l’informatique parce que je suis dedans depuis l’âge de 4 ans. J’ai fait juste un mélange de tout ça…

Mais j’ai aussi eu l’opportunité de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, pas toujours simple, car je ne faisais pas partie des anciens pilotes. Mais c’est ma passion et ma volonté qui m’ont permis de continuer à faire de belles rencontres et d’en arriver là aujourd’hui.

  • Comment as-tu appris ? Autodidacte ?

J’ai appris les bases lors de mes formations, comment utiliser les logiciels et surtout dans quelles circonstances. Mais après on est tous obligés d’être autodidactes. Regarder ce qui se fait autour de nous, s’inspirer, copier au début pour comprendre ( il ne faut juste pas publier ou le vendre! ), mais refaire ce qu’on aime est une façon d’apprendre. Après la 3D c’est pareil, on regarde, ou utilise les logiciels… Et puis avec l’arrivée de YouTube et des nombreux tutos vidéos, c’est vrai que cela aide beaucoup pour les autodidactes d’aujourd’hui !

  • On a vu dernièrement pas mal de tes réalisations. Si tu devais en choisir 5 en particulier, quelles seraient-elles et pourquoi ?  (Réalisations « réelles »)

C’est tellement difficile de choisir, entre les casques, les voitures, les vêtements ce n’est vraiment pas simple, et il y a beaucoup de styles différents. J’adore le casque que j’ai fait pour Matthieu Vaxiviere qu’il porte en BlancPain avec ses couleurs et sa réelle dynamique.

Celui de Nicolas Prost qu’il avait en Formule E car il était décalé !
Les 2 derniers casques de Natan Bihel qui ont leurs propres styles dont celui de l’an dernier au style rétro et qu’il portait en 2018 dans le championnat elmS LMP3 .
Le casque de Ugo de Wilde qui évolue en Formule 3 Renault, qui par ses couleurs le rendent unique.

Sur les voitures la Hyundai i30 TCr est une de mes préférées, car la voiture est vraiment délicate, elle a des lignes peu harmonieuses donc le travail a été avant tout de redessiner des lignes en appliquant du noir mat.

Je peux citer aussi la Skoda R5 de Sylvain Michel qui était mal partie, le choix des couleurs ne m’inspirait pas trop et j’avais beaucoup de mal à faire quelque chose de différent, mais avec du temps je trouve qu’elle est très réussie!

Il y a également la Mazda 3 du duo Laffite/Pernaut du trophée Andros de cette année, car elle a défini un de mes nouveaux styles.
Je peux ajouter les Clio Cup de GPA Racing, de TB2S, les ligiers de Orhes Racing, de Pegasus, de NoLimit Racing et la Nascar de Michel Disdier…
 
Bref, vu que je ne livre jamais un design sans être satisfait, elles me plaisent toutes, donc en choisir 5 ce n’est vraiment pas simple !

  • Qu’est-ce qui est le plus compliquer à réaliser ? Casque ou voiture ? Où cela dépend plutôt de ton inspiration et des contraintes à respecter ?

En fait ça dépend. Si je suis en train de faire des voitures, j’aurai plus de facilité à faire une voiture, et plus de mal sur un casque et inversement. C’est plus simple quand tu enchaines le même type de support, mais il faut pas trop les enchainer non plus, car après on se retrouve rapidement à faire la même chose… Il faut varier les plaisirs.

Mais c’est comme tout, l’inspiration fait beaucoup. Quelques fois on peut passer 2-3h sur un casque et le finir parfaitement, et d’autres fois on va y passer 24h….

  • Simracing Vs livrée en réel, mêmes contraintes ? Même pression ?

Je pense que tu connais déjà la réponse. La passion reste la même. Mais les contraintes pas du tout. Une livrée simRacing on fait ce qu’on veut, on peut mettre des dégradés, des liserets très fins, des couleurs RVB qui rendent comme on l’a pensé. La seule contrainte c’est comment ont été mappé les skins. Et là-dessus je peux dire que iRacing c’est une galère à faire des raccords !
Mon seul regret est que le fluo n’est pas encore implémenté dans les jeux plus généralement…

Le réel, il y a beaucoup plus de contraintes, il faut penser ses livrées différemment, légèrement plus simples, trouver une dynamique sans trop en faire, car après il y a beaucoup de travail pour l’imprimeur et celui qui s’occupe de la pose pour arriver à un résultat proche de ce qui a été fait sur le papier.
On oublie régulièrement les dégradés, on joue avec les matières (fluo/chrome), et surtout on fait en sorte que l’imprimeur et le poseur puissent refaire la déco à l’identique.

  • Niveau SimRacing, quel serait ton Top 3 des livrées réalisées dernièrement ?

J’en fais de moins en moins, donc je vais te parler de mes 3 dernières livrées.

La Porsche Carrera CUP de la Virtual Driver, ici il fallait reprendre l’esprit du logo, un drapeau à damier mélangé avec un esprit de pixels en décomposition. Elle n’est pas toute jeune, mais sur iRacing c’était une des premières avec un design asymétrique et surtout un design assez compliqué. Peu de graphistes s’aventuraient à l’époque dans ce genre de défi.

Et bien sûr la New Beettle Williams eSport sur Gran Turismo. Je voulais m’approprier leur style Network. Faire quelque chose de plus moderne et plus proche de ce qu’on pourrait voir en réalité. C’était un petit défi, mais qui m’a plu.

  • Designer c’est une chose, piloter en est une autre. Pratiques-tu le simracing et si oui sur quelles simulations plus particulièrement ? Pourquoi ce choix ?

Oh que oui ! Et comme je te l’ai dit depuis mon plus jeune âge. Grand Prix 2-3-4 F1 2001-2002 Challenge, Nascar Racing 2003, rFactor, Forza, Gran Turismo, Richard Burns Rally, Colin McRea, Grid, Toca, Assetto Corsa, Project Cars, iRacing. Je pense que j’en ai oublié.

Alors oui aujourd’hui je joue toujours, je suis obligé pour le magazine TV eRace et mon travail de commentateur de GranTurismo le tout avec Donald Reignoux.

Je joue toujours à Forza, car de temps en temps, je n’ai pas envie de me mettre dans le baquet, juste rester dans le canapé, et il reste le meilleur jeu de simulation à la manette. Il est exigeant, assez pointu, plaisant, vraiment!

On peut parler de Gran turismo, qui est le seul jeu où même sans pratiquer on prend du plaisir de suite avec un volant, pas besoin de passer des heures d’entrainement, on roule et on apprécie. Sans oublier que visuellement c’est magnifique.

Après on va rentrer sur les jeux PC, mais je ne joue qu’en VR, rFactor 2 j’adore son tires Model qui est aujourd’hui le plus précis. C’est rare, mais je sens vraiment le grip du pneu dans ce jeu.
Assetto Corsa Premier du nom, avec son catalogue infini de voiture et de circuit. Il est bon, plaisant, précis et la physique est soignée, en même temps avec les créateurs de Netkar c’était obligé.

Assetto Corsa competizione qui comme le dit Romain Monti est excellent. Précis, exigent, grisant et super immersif. J’adore prendre les GT3 et rouler avec.
iRacing qui est encore aujourd’hui une excellente simulation, avec de très belles courses en ligne. Mais il faut réserver un budget conséquent et rouler régulièrement pour prendre un maximum de plaisir.

A la base je roulais exclusivement sur des jeux de F1, et aujourd’hui encore j’en paye le prix, je rentre généralement trop tôt dans mes virages. Mais bon on ne se refait pas. Aujourd’hui je ne joue plus aux F1 Games qui ont l’air excellents, mais sans la Vr ce n’est pas pareil…

  • Qu’est-ce que cela fait de voir le fruit de son travail utilisé par les pilotes lors d’évents, qu’ils soient virtuels ou réels ?

Alors pas du tout, j’ai horreur de ça.
Non évidemment que j’adore …sinon je ne ferai pas tout ça ! C’est toujours plus plaisant de le voir en vrai dans les meetings sur les plus beaux circuits du monde. Avoir une voiture qui roule sur Le Mans en P2 c’est toujours impressionnant. Avoir un pilote qui roule avec un de vos casques et monter sur le podium ça donne des frissons. On n’est peut-être pas dans la voiture, mais une part de nous gagne avec eux. (Nous les graphistes/Designers). Donc forcément j’adore voir les créations en vrai. Et je suis le plus possible ce que font mes clients :).

Ah oui aussi une belle voiture ça va plus vite forcément !!

  • As-tu déjà passé des heures, voir des jours de travail sur des designs qui te sont ensuite refusés pour des raisons futiles ou au contraire, les gens pour qui tu bosses connaissent ton style et te font 100% confiance ?

Alors passer des heures oui ça m’arrive très régulièrement. Ça peut toujours arriver un design qui ne plait pas on n’est jamais à l’abri même en prenant toutes les informations nécessaires. Mais quand cela arrive, je recommence depuis le début et je prends note des erreurs. J’essaye de savoir le plus précisément possible pourquoi le design proposé ne correspond pas, c’est toujours très subjectif, mais ça permet de se remettre sur la bonne trajectoire.

  • Aurais-tu des conseils aux jeunes qui souhaiteraient à terme bosser dans le milieu ?

D’être passionné. D’aimer faire des designs. Aimer le sport automobile et s’intéresser à toutes les compétitions.
Voir ce qui se fait ailleurs. Toujours se dire que ce n’est pas assez bien et qu’on peut faire mieux. Être patient et structuré. Ne pas en faire trop. Il faut toujours commencer simple avec des choses simples et après partir dans des designs de plus en plus compliqués.
Il faut procéder par palier, je pense. Du moins c’est comme ça que j’ai procédé.

Pour information, j’ai toujours eu autant de temps de roulage sur Forza et GT sport que mon temps passé à faire des designs. J’adore les deux!

  • Tu es déjà visible dans pas mal de championnats et avec différentes voitures. A termes quelle serait la voiture ou catégorie où tu aimerais pouvoir t’afficher ?

Tellement de catégories à faire qui me donnent envie.
Mon regret ne pas avoir fait la FE Renault en 2017 comme c’était parti, donc j’espère un jour en faire une.
Les LmP2 c’est toujours un défi, pour moi ce sont les voitures les plus compliquées à réaliser. Car elles sont entre les GT et les Monoplaces. La catégorie HyperCar serait également un rêve.

On peut ajouter les Nascars, qui sont simples, mais je ne sais pas pourquoi depuis ma plus tendre enfance j’adore leurs lignes (sauf entre 2007 et 2012).
Qui ne rêverait pas de faire le design d’une F1. Mais les contraintes sont telles que même Sean Bull Design n’a pas pu faire grand-chose sur la Renault 2019.
Le DTM sont si uniques que j’aimerai également faire quelque chose dessus.

  • Tu as d’autres implications en SimRacing, peux-tu nous en dire plus ?

J’ai longtemps été Peintre Forza, et je réalisais des livrées pour la TX3. Cela m’a permis de devenir graphiste pour beaucoup d’équipes SimRacing en France. ( TX3, BAM,  Shark, Satlux, ESC, RedFace ETC), cela m’a permis de connaitre beaucoup de responsables et de bonnes rencontres, ce qui m’a également permis de devenir le responsable éditorial du magasine eRace! C’est un vrai plaisir de faire ça.
C’est également un vrai défi, car rentrer toute l’actualité du simRacing en 30 Min c’est du sport et Donald Reignoux qui présente l’émission arrive à conduire tout ça en pilotant comme un pro.
Je commente aussi avec Donald Reignoux les championnats du monde de Gran Turismo Sport. Une opportunité incroyable. On fait partie d’une famille soudée entre tous les commentateurs des autres pays, on prend du plaisir et je pense que cela s’entend pour ceux qui nous suivent de plus en plus nombreux sur la chaîne officielle.
Le prochain rendez-vous : New York, les 24 et 25 aout!

  • Pour le futur plus généralement, que peut-on te souhaiter ?

Bah faire encore plus de déco de casques, de voitures. Faire le design complets d’écuries (camions, vêtements, stand, flyers etc). Faire de nouvelle catégorie et s’exporter encore plus.

  • Un site, une page Facebook pour qu’on puisse te suivre ou te contacter ?

    On peut suivre Enkeydesign sur Facebook/Twitter/InstaGram et Youtube avec : “Enkeydesign
    Mon site internet : www.enkeydesign.com
    Et je suis aussi en tant que Fabien Enkey sur Facebook et Twitter : @FabienEnkey pour tout ce qui est simRacing

Merci Fabien et au plaisir de te revoir ici dans quelques jours à l’occasion de ces 24hrs de Spa-Francorchamps !